© The Strings Fellows - 04/2018

 

C’est dans les années 1930 que le banjo 5 cordes revient dans l’Amérique rurale et, plus tard, dans les années 1940-45, Earl Scruggs, rejoignant les BlueGrass Boys de Bill Monroe, développe une technique de jeu à trois doigts le «Scruggs style» qui fera école pour les futures générations d’instrumentistes. Le banjo 5 cordes est, à l’instar de la mandoline américaine, l’instrument typique de la musique bluegrass...

LE BANJO 5 CORDES

Ce sont les populations déplacées d’Afrique et soumises à l’esclavage qui introduisirent le banjo, sous sa forme primitive, en Amérique du Nord au XVIIe siècle. L’instrument était composé d’une caisse de résonance recouverte d’une peau avec des cordes tendues (crin, liane ou boyau) et empruntait sa forme à des instruments africains ancestraux parmi lesquels le n’goni et le bania de Guinée. Dès la fin du XVIIe siècle, les musiciens créoles adoptèrent de semblables instruments appelés Banzas.

Au début du XIXe siècle, on retrouve l’instrument dans les formations alors très en vogue des minstrel-shows, spectacles ambulants joués par les blancs grimés en noirs.

Vers 1850, le banjo adopte sa forme moderne, avec un fût en bois ou en métal qui tient lieu de caisse de résonance, il est muni d’une peau tendue sur un cercle métallique. C’est Joel Walker Sweeney qui a eut l’idée d’adjoindre aux quatre cordes de l’instrument cette fameuse corde plus aiguë, à la hauteur de la cinquième case. 

Plus tard Stephen Van Hagen équipera le manche de frettes, le manche de l’instrument était jusqu’alors lisse et ne possédait aucun repère (un peu comme un manche de violon).

Dans les années  1900 le jazz de La Nouvelle-Orléans s’empare du banjo sous une version «quatre cordes» jouée en accords plaqués, instrument ausi bien rhythmique que mélodique.

BLUEGRASS